Top

Cinéma Tag

  -  Posts tagged "Cinéma"

Le fait est : notre rapport au cinéma a changé au cours de ces dernières années. Ce qui était alors de l'ordre du "spectacle" est devenu du "consommable". Non pas - entre nous - que la logique économique du blockbuster soit quelque chose ni de réellement nouveau, ni de vraiment surprenant. Mais il conviendrait de comprendre que nos nouveaux modes de consommation effrénée d'images ont un impact direct sur l'appréciation de ce que nous voyons... et donc sur sa perception critique.

Il y a des matins, comme ça, où tout n’est que douceur et volupté, où l’on a en optique de taper la causette à toutes les grand-mères du quartier. Même un scandaleux journal de Pujadas à 20h sur la 2 n’arriverait pas à m’ôter de mon petit nuage sur lequel je suis posé depuis ce matin. Alors OUI ! Il m’en faut peu, mais que veux-tu, lecteur ? Quand les constructeurs jouent les Pères Noël au beau milieu du mois de Septembre, ça fait autant d’effet sur moi que la CAF qui répond enfin au téléphone : j’hyperventile.

À moins que vous ne viviez dans un placard sous l’escalier, il ne vous aura pas échappé que Star Wars VII a finalement atteint nos écrans, 10 ans après la fin de l’Episode III. La stratégie marketing et virale de Disney, a achevé la transformation de cette icône de la pop-culture en une licence Hollywoodienne assumée. De quoi en dégoûter un grand nombre, exaspéré de retrouver BB-8 sur les paquets d’oranges à jus du Franprix du coin. Cet Episode VII, du fait des sentiments (injustement) mitigés à propos de la Prélogie, subit d’entrée une pression qui interdit le faux-pas. Si l’univers de Star Wars regorge de nombreuses inventions et détails dus à des artistes et techniciens légendaires (Ralph McQuarrie, John Williams, Ben Burtt ou plus récemment Ryan Church), Le Réveil de la Force se devait non seulement de les restituer fidèlement, mais aussi de les réinventer. Or comment réinventer un monument de la pop-culture? On peut enrichir des univers en créant des planètes, de nouvelles espèces, de nouveaux vaisseaux. Mais comment renouveler une cinématographie construite sur 40 ans dont les images habitent profondément les esprits ? 

Cet article est récupéré de mon ancien blog : Le Laboscope.

Alors avant toute chose je ne veux pas frimer inutilement. Mais je vais quand même le faire. Juste pour le plaisir. Et parce que j’ai le droit. Et parce que quand même, il y a des choses extraordinaires qui se passent parfois. Comme avoir l’opportunité de tester un des quelques prototypes mondiaux de la toute nouvelle SONY-FS5, seulement quelques jours après son annonce. Avec Emmanuel Pampuri, nous nous sommes retrouvés un Dimanche soir au milieu d’Amsterdam, à manipuler un prototype pleinement fonctionnel de la FS5. Cette caméra elle me faisait très peur. Disons le, je craignais de m’attacher à elle, alors que FS7 m’avait chauffé à blanc pour mieux me laisser sur ma faim. (Oui les relations amoureuses avec des caméras c’est pas évident à supporter).