Top
Enjeux du Prores RAW - Banner 02

Les enjeux de l’Apple ProRes RAW (Partie 2)

Cette année en amont du NAB, Apple a levé le voile sur l’Apple ProRes RAW. Un nouveau format voué à accélérer l’adoption des workflows sans perte. Après une première partie dédiée aux spécificités de l’Apple ProRes RAW, en voici une seconde centrée sur un ecosystème qui n’est pas sans sacrifices.

Je vous en parlais il y a quelques jours dans un premier article. Les atouts du format ProRes ne sont pas anecdotiques. Il est compatible avec l’ensemble des acteurs du marché, mais aussi léger et puissant.  Mais la mise en contexte de ce nouveau format soulève quand même quelques questions. Il ne fait nul doute que les constructeurs de caméra et les éditeurs de logiciels paieront pour exploiter la licence du format. Mais beaucoup d’utilisateurs restent sceptiques malgré l’enthousiame général. On peut les comprendre. Le background d’Apple et sa “non-ouverture” historique appellent à une certaine vigilance.

Enjeux du Prores RAW - Vignes Atomos

Le ProRes RAW est déjà déployé

Autant pointer l’évidence de suite. Unifier la chaîne autour d’un format implique que l’ensemble de cette chaîne soit compatible avec le-dit format. C’est valable pour les enregistreurs bien sûr, mais aussi les caméras, et les stations de post-production.

Fort heureusement, Apple n’a pas développé l’Apple ProRes RAW dans son coin. Son partenariat avec Atomos permet déjà au Sumo 19 et au Shogun Inferno d’exploiter ce format. Un joli panel de caméras propose aussi déjà une sortie HDMI/SDI non-compressée compatible avec l’Apple ProRes Raw. Panasonic a par exemple annoncé la mise à jour de la EVA1 et Sony devrait faire de même avec la PMW-FS7 et la PXW-FS5. Il semblerait que Canon, la C300 et la C700 soient sur le même pas de tir. On imagine mal ARRI se passer de ce nouveau format, quand bien même il viendrait directement concurrencer son puissant mais onéreux ARRIRAW. Enfin, Blackmagic n’aurait aucun intérêt à rester sur du CinemaDNG sur ses caméras. Encore moins sur la nouvelle Pocket Camera dont les supports d’enregistrements sont limités en capacité.

Du côté des logiciels, l’implémentation du ProRes RAW semble incontournable. Si il est absent de la bêta de DaVinci Resolve 15, le format d’Apple devrait atteindre très vite au moins l’ensemble des logiciels d’étalonnage dont les produits Filmlight, Lustre et Scratch. Adobe Première Pro supportant déjà nativement le R3D devrait aussi – au moins dans sa version mac – supporter l’Apple ProRes RAW. Quant à Avid Media Composer, la mise à jour du « Link To Media » devrait permettre de préparer les médias à la lecture dans le logiciel.

Enjeux du Prores RAW - Prelight

Un prores RAW inégal en fonction des équipements ?

Mais cette inter-compatibilité n’est que théorique. Toutes les sorties non-compressées ne se valent pas. On peut soupçonner que l’effet de gamme va influer sur la quantité et la qualité des informations brutes transmises. Particulièrement en ce qui concerne les métadonnées envoyées par la caméra. Plus celles-ci sont fournies et précises, mieux elles permettent d’optimiser nos images. Il faut donc que les constructeurs jouent le jeu et adaptent les firmwares sans limitation. Particulièrement dans l’intérêt des DIT.

Mais si le ProRes RAW transforme une PXW-FS5 en mini Ciné-Alta, on imagine mal Sony concéder cette valeur ajoutée aussi facilement. Il en va de même pour Canon et Panasonic qui tentent d’installer leur format RAW pour valoriser des produits plus haut en gamme. Le ProRes RAW transporterait-il moins d’informations qu’un RAW maison ? Avec un poids réduit, des taux de compression et des débits inconnus ; c’est sûr le doute est permis.

Quid de l’arrivée du ProRes RAW sur les séries Sony Alpha 7 et Lumix GH ? Sur le papier rien ne s’y oppose. Mais les informations sur l’utilisation du format sur les boîtiers DSLR/DSLM sont inexistantes. Les logiques de gamme risquent bien de cantonner le ProRes RAW aux seules caméras numériques… comme c’était le cas pour le CinemaDNG proposé par Atomos il y a un an.

Enjeux du Prores RAW - Desk

Format puissant = station puissante

L’aspect démocratique et ouvert de ce nouvel Apple ProRes RAW reste donc mesuré. Le format devrait accompagner – voire accélérer – l’adoption des workflows RAW sur les productions indépendantes. Mais on est probablement loin du RAW pour tous. D’autant plus que les traitements RAW nécessitent avant tout d’optimiser son écosystème de post-production.

En terme de stockage, l’Apple ProRes RAW est très léger. Mais en terme de ressources l’Apple ProRes RAW s’avèrera plus gourmand qu’un format classique. C’est la logique du RAW. Débayeriser en post-production sollicite le processeur et les GPU de manière intensive. Une configuration musclée est l’élément central des chaîne de traitement RAW. Sans cela, l’intérêt est plus que limité. Il est donc important d’optimiser cette partie avant d’opter pour un workflow RAW.

Et c’est là que l’on met le doigt dessus…

Enjeux du Prores RAW - Sonnet Rack

Apple : Le problème des GPU

Les performances du ProRes RAW sont articulées autour d’une optimisation maison des calculs GPU. Or ces derniers sont l’une des raisons du divorce entre Apple et les professionnels. Nombreux sont les professionnels a avoir constaté avec pertes et fracas l’instabilité des GPU du MacPro 2. Et à cela se rajoute l’abandon volontaire de la gestion des eGPU Thunderbolt 2 sous MacOs 10.13.4. Et l’incompatibilité des drivers NVidia sous MacOs High Sierra. Une liste de casseroles qui s’allonge au fur et mesure du temps qui passe.

Ces dernières années en terme de performances professionnelles, les choix d’Apple se sont révélés catastrophiques. Le naufrage du Mac Pro 2 (beau certes mais instable) et l’affaiblissement des Macbook Pro laissent un ecosystème désolé. Pire, l’univers Apple ne s’est jamais remis des débuts chaotiques de Final Cut Pro X qui souffre encore (à tort) d’une image amateur. Seul l’iMac Pro semble aujourd’hui redresser un peu la barre. Mais il est trop récent et peu évolutif pour statuer sur sa fiabilité au long-terme. Pire il n’apporte aucune solution au support des GPU tiers.

Enjeux du Prores RAW - Benchmark 3

À l’heure actuelle, Apple ne propose qu’une seule machine pour traiter théoriquement le ProRes RAW avec efficacité. Il suffit de regarder les benchmarks officiels pour le comprendre. Et cette configuration n’est pas minime. Il faudra piocher dans le porte-monnaie pour espérer tirer pleinement parti du ProRes RAW. Soit pour opter pour l’iMac Pro, soit pour s’offrir un GPU externe via Thunderbolt.

Enjeux du Prores RAW - Frameio

Ouvrir et cloisonner

La philosophie d’Apple demeure dans un cloisonnement radical qui permet une optimisation pensée et maîtrisée par le constructeur. Or les professionnels exigent aujourd’hui de la modularité afin de répondre parfaitement à leurs besoins. Pourtant ce n’est une nouveauté pour personne ; les ecosystèmes Apple ne sont pas réputés pour être particulièrement ouverts aux solutions tierces. En cela l’Apple ProRes RAW se situe donc dans une savante ambiguïté entre ouverture et cloisonnement dont il faut avoir pleinement conscience.

De fait, l’arrivée du ProRes RAW sur Windows n’est pas encore garantie. Et au delà de ça, le transport et l’encodage des informations ProRes classique de MacOS à Windows 10 est encore aujourd’hui problématique. Les bibliothèques ne sont pas tout à fait les mêmes, et cela est parfois critique en terme d’étalonnage et retouches VFX. L’optimisation du ProRes RAW au sein des bibliothèques MacOs et FinalCut Pro X pourrait donc être l’argument d’Apple pour ramener à lui les nombreux professionnels déçus par les dernières évolutions du constructeur.

Il y a fort à parier que le ProRes RAW présente une baisse de performances dès que l’on sort de l’écosystème Apple. Que ce soit sur Windows ou sur Adobe Première, il faudra déterminer si la gestion de ce nouveau format sera pleine ou bridée. À l’inverse, il faudra garder un oeil attentif sur le support des formats RAW tiers au sein de Final Cut Pro. Ce ne serait pas la première fois qu’Apple briderait un concurrent pour forcer l’adoption de ses standards.

ProRes RAW est un appât puissant

Malgré la sortie du peu évolutif mais puissant iMac Pro et l’annonce d’une mise en place d’une unité « workflow professionnels »  à Cupertino, l’offre professionnelle d’Apple est actuellement en crise. Pour mesurer la viabilité des choix d’Apple en matière professionnelle, il faudra attendre la présentation du Mac Pro 3 en 2019… Et attendre 2020 pour constater sa bonne tenue.

En cela l’Apple ProRes RAW constitue tout autant un appât qu’un engagement d’Apple vis à vis de sa communauté professionnelle. Le format est quasiment-garanti de s’installer comme un standard. Dès lors il permet de réengager une base d’utilisateurs professionnels MacOs pour les quelques années qui la sépare du renouveau des machines professionnelles.

Le format est-il une fumisterie ? NON ! Il est puissant et plutôt bien conçu. Mais sa mise en oeuvre appelle à la vigilance. Le format est très ouvert au niveau du tournage, certes. Il est plus restrictif en terme de post-production. Il faut garder cela en tête avant de se lancer tête baissée dans l’achat compulsif d’un enregistreur externe. Et regarder où les choix d’un tel workflow RAW peut nous amener sur le long-terme.

Et puisque vous êtes là...

… j’aimerais vous dire encore un truc.

Vous êtes de plus en plus nombreux à me lire ici et à me suivre sur Twitter. Et je vous en suis infiniment reconnaissant jour après jour. Partager le savoir et les ressources gratuitement et sans publicité, est un pari que je me suis lancé il y a quelques années. Et j’en suis personnellement très heureux. Mais si tout ce contenu pouvait permettre à un enfant d’avoir lui aussi accès à davantage de savoir ?

Soutenir mon travail par un don, même minime, c’est aider les enfants du monde les plus démunis à grandir dans le respect de leurs droits fondamentaux.  Je reverse en effet l’intégralité de vos dons à l’association PARTAGE. Si chaque lecteur donnait 1€, nous pourrions pourvoir aux besoins de plusieurs enfants sur toute une année.

Faites comme les autres lecteurs !
Participez à cette action !

Post a Comment