Top

Le 5D Mark IV n’est pas fait pour les vidéastes.

Et c’est reparti pour un tour ! Le très iconique Canon 5D vient officiellement d’atteindre sa quatrième mouture, qui confirme bon nombres de fuites des derniers jours. Au programme, 30MegaPixels, de la vidéo 4K, et quelques nouveautés technologiques.

Un 5D qui en a sous le capot

Le design de la petite bestiole n’a qu’à peine changé – pourquoi changer une formule qui fonctionne? – C’est plutôt sous le capot qu’il faut s’attendre à un renouveau. Le 5D Mark IV est doté d’un tout nouveau capteur Full-frame CMOS de 30,4 Millions de Pixels allant de 100 à 32 000 ISO, combiné à un processeur DIGIC 6+. Mais la principale nouveauté tient dans l’aboutissement des technologies Dual Pixel que développe Canon depuis quelques années. On retrouve un autofocus ultra-rapide, même en basse lumière, basé sur pas moins de 61 collimateurs. Mais aussi le RAW à Double Pixel qui permet au développement d’ajuster la mise au point, de jouer un peu sur le bokeh, et de supprimer des aberrations comme le ghosting. Cela rappelle furieusement les technologies proposées par le Lytro, cet appareil photo magique où le point se faisait en post-prod (même si ici la marge de manoeuvre devrait quand même être plus réduite.)

https://www.youtube.com/watch?time_continue=46&v=U2ATED_CNn4

MAIS QUI peine toujours en video.

Côté vidéo, le 5D Mark IV embarque (enfin!) le 4K DCI 4096×2160, véhiculé dans un MJPEG 4:2:2 8bit à 500Mbps comme cela était déjà le cas pour le Canon 1D-C et 1D-X Mark II. On pourra grimper à 60 images par secondes en FullHD et 120 images par seconde en 720p.  Et chanceux que nous sommes, nous avons même droit à un aperçu vidéo signé Chris Hegarty dans lequel on peut se faire une plutôt bonne idée des capacités de la bestioles.

Car effectivement quand on se penche de près sur la vidéo, on commence à voir apparaître les choses qui fâchent. Premier indice, la vidéo n’est disponible qu’en 1080p sur Youtube. Pour une vidéo censé vanter les capacités de son boîtier 4K, c’est plutôt étrange. En fait c’est que tourner en mode 4K nécessite un crop factor de x1.74 !!!! Légèrement moins que le x2 d’un GH4 mais toujours plus grand qu’un Super 35 classique. Ce qui donne une texture d’image, certes inédite, mais qui fait plutôt office d’un entre-deux déstabilisant. Je pense que Chris Hegarty a délibérément choisi de tourner en 1080p à cause de cela, afin de ne pas jongler trop avec les optiques grand-angle de Canon, ou de mixer les deux résolutions. Et si le MJEPG reste un codec très lourd à manipuler, nécessitant du transcodage et surtout beaucoup de supports de stockage robustes, il faisait indéniablement ses preuves sur le 1D-C combiné au Canon-Log. Ici, les blancs explosés et les noirs collés semblent pointer du doigt l’absence du Canon Log. Si la colorimétrie, chère à Canon, semble toujours particulièrement au rendez-vous, la dynamique, elle, ne semble pas avoir franchement évoluée lorsqu’on la compare rapidement à son prédécesseur. Evidemment cette réflexion est basée sur la vision d’une seule vidéo – celle choisie par Canon pour assurer la promotion de son nouvel outil. Il n’est pas à exclure que les capacités réelles du boîtier soient meilleures que celles supposées. L’arrivée du mode HDR en vidéo sur le 5D n’est par exemple pas une fonction anodine à prendre à la légère. Si effectivement Canon propose une dynamique spectaculaire pour un DSLR, il n’est pas à exclure que cela séduise de nombreux vidéastes sensibles à la colorimétrie chatoyante de Canon (particulièrement agréable en paysage avouons-le). Mais aucun aperçu ou démo n’a été proposé sur cette fonction, jusqu’alors proposé que par l’intermédiaire de Magic Lantern. En réalité pour les vidéastes, à la vision de la vidéo de Chris Hegarty, la principale nouveauté tiendrait juste dans la possibilité de tourner en 4K, et de bénéficier du Dual Pixel Autofocus. Rien qui ne pourrait vraiment inquiéter un Panasonic GH4 ou un Alpha 7 beaucoup plus taillés pour la vidéo que ne l’est ce nouveau 5D Mark IV.

Paolo Pellegrin - 5D Mark IV - 2016

Paolo Pellegrin – 5D Mark IV – 2016

Ce positionnement peut sembler particulièrement étrange quand on sait l’affection particulière et l’engouement qu’ont beaucoup de vidéastes pour les boîtiers 5D. Pour le comprendre, il faut revenir aux origines du 5D Mark II. En 2008, Canon tient à proposer aux photo-reporters la possibilité de capturer quelques vidéos lors de leurs reportages, afin de répondre au mieux aux demandes des agences de journalisme. Les capacités du 5D Mark II étant à l’époque plutôt impressionnantes, elles ont été récupérées par une armée de vidéastes enthousiastes, bloqués depuis des années sur des capteurs riquiquis et des caméras de poing pas toujours très adaptées. Mais l’origine est là : la vidéo des 5D a toujours eu un but journalistique. Les vidéos doivent être exploitables avec le minimum de retouche, et ne sont pas prévues pour intervenir dans des setup ultra-maîtrisés. Ce ne sera qu’avec la gamme Cinema EOS, que Canon répondra à cette demande et créera réellement des outils adaptés pour les créateurs audiovisuel. Si les 5D sont aussi « pauvres » en fonctionnalités vidéo, c’est que dans la tête de Canon, la vidéo des 5D n’est pas faite pour autre chose que de la vidéo journalistique.

En soit la posture n’est pas totalement idiote. Mais elle est difficilement assumée par Canon pour qui le succès surprise du 5D Mark II semble plus que jamais être un poids mort dans sa stratégie marketing. Car pour assumer ce côté journalistique, le 5D Mark IV aurait dû se voir doté d’un mode UHD et d’un codec H265 afin de répondre aux exigences à la fois temporelles et techniques du monde du broadcast. Mais soucieux de rester un pied dans la course à l’innovation et ne pas dérouler un boulevard à ses concurrents, Canon a décidé de communiquer pour toucher les créateurs. Las, je doute que cela suffise à ramener les déçus déjà un peu perdu dans ce marketing à double vitesse, un peu flou qui noie une gamme EOS Cinema un peu chère avec une gamme photo inadaptée mais-qui-se-donne-des-airs-de.

Il n’est pas à douter du formidable outil que constitue le 5D Mark IV pour la photographie. Depuis des années il s’agit d’un boîtier de référence avec lequel c’est un régal de travailler, tant en photo-journalisme qu’en création picturale. Les innovations dont il bénéficie, et particulièrement le développement RAW à double pixel, le rendent particulièrement unique sur le marché de la prise de vue photo. Côté vidéo, il est le reflet d’un positionnement marketing que Canon n’a jamais su trouver. En voulant contenter les créateurs et en voulant restant fidèle à son cap de base, Canon réussit de manière assez surprenante à ne satisfaire ni les créateurs, ni les reporters d’images.

Le Canon 5D Mark IV sera disponible courant septembre pour un prix tournant aux alentours de 3500€ HT nu (soit environ 4000€ TTC).
En savoir plus sur le site officiel de Canon.

Comments

  • reply
    Manu
    30 août 2016

    Super article et réflexion.
    Malheureusement, le prix est pour l’instant plutôt autour des 4.000 euro que des 3.500 euro !

      • reply
        Manu
        30 août 2016

        Effectivement, aux USA, on tourne autour des 3.500 USD. Ce qui fait encore moins en euro.
        Dommage que l’on ne puisse pas en profiter directement !

  • reply
    Connor
    31 août 2017

    Pourtant j’ai réalisé une dizaine de clip avec, je prend très peu de photo et je filme grave. Je le loue et il fait le taf. Ce n’est pas le meilleur certes mais un vidéaste peut faire de belles choses avec? Il est assez polyvalent.

Post a Comment